Vous avez une question ?

Nous avons la réponse ! Effectuez votre recherche ci-dessous

Comment réagir face à une agression physique ?

Psychologique, physique, sexuelle, verbale, etc. l’agression existe sous différentes formes d’abus. Ces violences sont des infractions punies par la loi. Au moment de l’agression, il est nécessaire de savoir réagir, comme ne pas s’engager dans le combat, fuir s’il le faut, demander de l’aide, etc. Découvrez ce que dit la loi !

Que disent la loi et le code pénal sur l’agression physique ?

L’agression physique est punie par loi, qu’elle soit au sein du couple ou faite par d’autres personnes. En effet, les actes de violence sont sanctionnés par le droit pénal. Ils sont décrits sous plusieurs catégories : violence légère, violence qui a provoqué une longue incapacité de la victime ou qui a causé la mort de celle-ci. Elle peut aussi être morale s’il y a une intimidation, matérielle ou corporelle.

Si vous avez été victime d’une agression, il est indispensable de porter plainte auprès des autorités comme le commissariat ou la gendarmerie pour déclarer les faits. Si vous avez besoin d’une ambulance, si la victime est blessée, vous pouvez faire appel à un spécialiste en transport médical. Il est à votre disposition pour vous fournir des services de qualité afin de répondre à vos besoins. Depuis plus de trente ans, une entreprise réputée dispose de prestation en ambulance au Havre pour le transport de malades allongés ou assis et de personnes à mobilité réduite. Ses ambulanciers sont aux services des particuliers, des hôpitaux, des cliniques et des EPHAD. Ils connaissent parfaitement la région havraise et peuvent intervenir, avec un court laps de temps, pour vous emmener à votre rendez-vous médical.

Les autres formes d’agression

De nombreuses formes peuvent être considérées comme une violence. Il y a la violence physique qui est la plus connue, le harcèlement, l’agression sexuelle ou verbale, la violence psychique, etc. Selon le code pénal, il faut réunir les conditions suivantes pour que la violence physique soit considérée comme telle : le contact physique entre l’agresseur et la victime, les violences causant l’incapacité totale de travail et les violences ayant entrainé la mort de la victime. Ce dernier cas est alors qualifié de crime, alors que la plupart des violences est considérée comme des délits. La violence est aussi punie pénalement si la victime est couverte de blessures, de coup de poing, et de bleus.

La victime d’un coup et blessure volontaire peut bénéficier d’une indemnisation pour le préjudice corporel. Vous pouvez  alors demander des dommages et intérêts. Ces aides aux victimes peuvent êtres obtenues avec des preuves de l’agression. Si l’agresseur a été identifié dès que vous avez porté plainte, il peut être poursuivi devant le tribunal de grande instance ou la police et le procureur prononcera les sanctions prévues selon le code pénal. Pour porter plainte, vous devez fournir les pièces suivantes : un certificat médical, un certificat d’arrêt du travail, les frais médicaux et le constat d’huissier. Le délai pour porter plainte est de 3 ans pour une violence physique.

Un délit sans ITT, commis sur un mineur de 15 ans, une partie civile ou témoin, sur les parents, sur le conjoint, etc. est puni de 3 ans d’emprisonnement et de quarantaine d’euros d’amende. Si les violences ont entrainé une ITT d’une durée de plus de 8 jours, la peine est de 5 ans de prison et de plus de 70 000 euros d’amende. Pour les violences ayant entrainé la mort de la victime, la peine recourue est l’emprisonnement de plus de 15 ans. Les coups et blessures considérés comme légitime défense ne sont pas sanctionnés par la loi. Les témoins de l’agression peuvent être aussi punis pour négligence s’ils n’ont pas alerté les autorités.

Pour les femmes victimes d’agression sexuelle, elles doivent voir un médecin pour évaluer leur état physique et psychologique, car il se peut qu’elles souffrent d’un traumatisme. Le médecin délivrera un certificat médical par la suite. Elle est considérée s’il y a contact physique entre la victime et l’agresseur et si celui-ci a abusé sexuellement d’elle. La victime peut porter plainte, l’acte n’étant prescrit qu’après 10 ans s’il s’agit d’un viol et après 3 ans pour une agression sexuelle. Si elle n’a pas encore l’âge adulte, la jeune fille a 10 ans pour porter plainte.

Toute homophobie, racisme, insulte, acte de violence et discrimination, commis par une personne est sanctionné par le code pénal.