Vous avez une question ?

Nous avons la réponse ! Effectuez votre recherche ci-dessous

Vincent Martet répond aux questions que l’on se pose sur l’éolienne

Vincent Martet, entrepreneur suisse travaillant dans le secteur éolien en Pologne répond à quelques interrogations que l’on se pose sur cette énergie renouvelable.

Combien d’énergie éolienne produit le continent européen?

D’après des données de energy.gov, le total en méga watts s’élèverait à plus de 57 000. L’Allemagne est en tête avec près de la moitié de l’énergie éolienne produite, indique Vincent Martet, avec plus de 22 000 MW. Elle est suivie de l’Espagne (15 000 MW) puis de la France (un peu moins de 2500 MW). La Pologne reste quant à elle pour l’instant minoritaire avec 276 MW mais la COP24 qui se déroulera dans ce pays fin 2018 devrait permettre d’augmenter le ratio éolien de cet Etat. La Roumanie et la Slovaquie sont les deux pays à produire le moins d’énergie éolienne pour le moment avec respectivement 8 et 5 MW.

Quels sont les avantages de l’énergie éolienne ?

En tant qu’énergie propre, durable et renouvelable, l’éolien permet de remplacer le charbon ou le pétrole comme source d’énergie. Il est aussi plus sécurisé que le nucléaire, sujet à polémique notamment après l’accident de Fukushima au Japon ou de Tchernobyl et son nuage radioactif. Par ailleurs, aucun déchet n’est produit contrairement aux sources nucléaires.

Par ailleurs, le vent est une ressource naturelle intarissable et qui est présente dans tous les pays. Chacun peut alors installer des éoliennes sur son territoire pour produire de l’énergie. Ce n’est pas le cas du pétrole qui n’est pas forcément présent dans tous les pays, ou alors en pauvre quantités.

L’on parle d’énergie propre car l’éolien ne produit pas de gaz à effet de serre comme le charbon, jadis très employé en France et encore en fonction aujourd’hui. Or, le réchauffement climatique dû aux émissions de CO2 imputées au charbon constitue un réel enjeu écologique.

En outre, la demande énergétique est plus forte en hiver, du fait de la nécessité du chauffage. Or, le vent souffle plus fort à cette période, ce qui aide à couvrir les besoins en énergie de façon plus efficace.

Enfin, en termes financiers, le prix de revient d’une éolienne a considérablement diminué grâce aux économies d’échelles (économies réalisées lors de la commande d’une grande quantité de produits ou services) lors de leur fabrication. Pour les particuliers, l’usage de l’éolienne permet également de réduire la facture d’électricité, un avantage non-négligeable en particulier pour les ménages aux revenus modestes ou les familles nombreuses, indique Vincent Martet.

Qu’en est-il des turbines ?

Les turbines éoliennes existent dans des tailles variées et donc aux puissances variables. Les installations éoliennes commerciales typiques sont de 1,5 MW. La plus grande machine dispose de lames qui couvrent plus que la longueur d’un terrain de football, s’élève à 20 étages et produit assez d’électricité pour alimenter 1 400 foyers. Une petite machine à vent de la taille d’une maison dispose de rotors de 8 à 25 pieds de diamètre, s’élève jusqu’à 9 mètres et peut répondre aux besoins en électricité d’une maison fonctionnant complètement à l’électricité ou d’une petite entreprise.

Une turbine éolienne électrique, quelle que soit sa taille, est constituée de quelques composants de base : un rotor (la partie qui tourne dans le vent), un générateur électrique, un système de contrôle de vitesse et, bien entendu une tour.

 

 

Peut-on prévoir l’énergie produite par les éoliennes ?

Les dispositifs de prévisions météorologiques sont de plus en plus précis et de plus en plus nombreux notamment en matière de vent. Cela permet donc de savoir environ combien d’énergie pourra être générée par les turbines éoliennes. D’ailleurs, plusieurs sociétés de prévisions d’énergie éolienne se sont implantées aux Etats-Unis pour favoriser cette énergie durable.

L’énergie éolienne nécessite-t-elle des emplacements de stockage ou de sauvegarde ?

Des réserves sont certes nécessaires pour stocker l’énergie produite par les turbines éoliennes. Il peut s’agir par exemple de pipelines comme dispositif de stockage. L’usage d’accumulateurs est également employé et permet un rendement intéressant et une bonne adaptation aux fluctuations du vent. S’ils ces accumulateurs sont fabriqués en plomb, un matériau polluant, ils peuvent toutefois être recyclés. Ils le sont à 70% aux Etats-Unis et 60% en Europe. Ce n’est pas négligeable mais des progrès restent à faire, d’autant plus que les accumulateurs restent encore onéreux et ont durée de vie limitée (jusqu’à 15 ans). Enfin, un autre exemple de stockage d’énergie éolienne proposé par Vincent Martet : le stockage par air comprimé dans une nappe phréatique (ou une citerne pour les particuliers) qui a pour avantage d’être non polluant, comme l’énergie éolienne en général.

 

Combien de foyers peuvent être alimentés par l’énergie éolienne?

On estime qu’avec une production annuelle de 1 MW, il est possible d’alimenter en électricité de 240 à 300 foyers, là encore annuellement. Toutefois, ce chiffre reste variable dans la mesure où tous les foyers n’ont ni la même taille ni la même quantité de consommation électrique.

 

L’énergie éolienne crée-t-elle des problèmes environnementaux ?

Bien que les centrales éoliennes aient relativement peu d’impact sur l’environnement par rapport aux centrales à énergie fossile, on s’inquiète des impacts sur l’habitat faunique, du bruit produit par les pales du rotor, des impacts esthétiques (visuels) et de la mortalité des oiseaux et des chauves-souris. La plupart de ces problèmes ont été résolus ou considérablement réduits grâce au développement technologique ou à l’implantation adéquate des éoliennes. Par exemple, le bruit engendré par les éoliennes est, d’après l’ANSES (agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) très inférieur aux bruits de la vie courante. En fait, aucun risque sanitaire n’a été recensé en raison d’installation de turbines éoliennes, conclut Vincent Martet.